PARTAGER

Après une première mixtape encensée tant par le public que par la critique, Damso avait annoncé la sortie de son troisième projet et tout premier véritable album « Ipséité » le 28 avril prochain. Garant d’un disque d’or, qui représente plus à ses yeux une matérialisation du soutien de ses fans qu’un réel accomplissement de carrière, il avait pris le soin de mener une couverture médiatique passive et lente, mais très intense lorsqu’un de ses trois freestyle voyaient le jour sur les réseaux sociaux, créant petit à petit chez l’auditeur, un désir insatiable d’en entendre plus.

A vrai dire, tout se passait relativement bien dans l’industrie musicale jusqu’à ce que Damso publie de son propre-chef sur Instagram, et donc au nez et à la vue de toute sa fan-base, un message privé le prévenant que son album avait été trouvé dans une FNAC, pris en sandwich entre deux disques qui n’avaient rien à voir avec celui de l’artiste belge. Il n’en fallait pas plus pour que toute la twittosphère se mette à bombarder la barre recherche de « lien Damso Ipséité », sans grands résultats. C’est seulement en fin d’après-midi que la fuite sera finalement disponible sur les réseaux, donnant la possibilité à tout le monde de combler enfin le manque qu’avait créé Damso dans leurs oreilles depuis des mois.

Ne trouvez-vous pas ça bizarre? Jusque-là, avez-vous déjà eu le souvenir que la FNAC ait pu faire preuve d’une aussi grande maladresse par rapport à un artiste célèbre? Avez-vous déjà vu un album connaître sa fuite 5 jours avant sa sortie officielle? Avez-vous déjà vu un artiste faire preuve d’autant d’auto-dérision sur la fuite d’un de ses albums les plus attendus?

Une promotion maîtrisée jusqu’au bout des doigts

C’est dorénavant un fait assez répandu que de voir un artiste faire leak son propre album la veille ou l’avant-veille de sa sortie dans les charts, c’est une technique marketing qui permet de faire grossir la hype, c’est à dire l’intérêt commercial autour du projet, et de créer un buzz éphémère jusqu’à sa sortie officielle. Les gens en parlent beaucoup, très peu de vrai liens tournent sur les réseaux, on commence déjà à citer deux-trois sons comme des « classiques », ce qui donne à l’album un coup de boost énorme avant le jour J et permet parfois à l’artiste d’enchaîner sur des ventes plus importantes (on se rappelle de la fuite de Nero Nemesis la veille de la sortie, qui avait enflammé Twitter toute la soirée).

Damso n’a divulgué aucun des sons d’Ipséité, tout est une surprise pour l’auditeur, qui n’a eu comme amuse-bouche que les trois freestyle de 2017 et une énième réécoute de Batterie Faible. Que l’album subisse une fuite est logique tant les ressources internet sont multiples et la confiance en l’autre bancale, mais que le réel projet fuite cinq jours avant sa sortie officielle? Permettez-nous d’en douter, et chez Hip-Hop Reverse, nous commençons à penser qu’Ipséité nous cache bien des secrets…

La piste de la fuite d’un faux-projet est une piste intéressante, néanmoins nous n’avons pas assez d’éléments pour nous permettre d’y croire sérieusement un instant. Cependant, que Damso ait disséminé la piste qu’un autre projet ne tarderait pas à faire son apparition juste derrière Ipséité nous séduit beaucoup plus, alors allons voir ça de plus près.

Le mystère QALF

L’Outro majestueuse de l’album, « Une âme pour deux » nous met face à la tirade d’un médecin parlant au personnage de Damso alors comateux:

« Je vous garde encore une petite semaine afin d’effectuer quelques analyses en plus. Je vous ai prescrit en attendant la mixtape QALF de Damso et Jackpot du groupe OPG. Je vous revois dans quelques heures. Reposez-vous et à toute à l’heure. »

La mixtape QALF dont parle ce pseudo-médecin spécialiste en transferts d’âmes avait été annoncée par l’artiste belge le 13 décembre 2015, à la suite de la sortie de Nero Nemesis. Il disait à l’époque s’être laissé « deux semaines pour se présenter ». Au final, le dernier son sorti sur sa chaîne personnelle date de 2014, et sur celle de Genius League (ndt son collectif) d’août 2015; finalement « Débrouillard », le street-banger violent et froid de Batterie Faible ne sort que le 22 Janvier 2016, soit plus d’un mois après la publication de la photo. QALF ne voit toujours pas le jour après juillet 2016, soit le mois de la sortie de son projet, et ce dernier ne connaîtra pas de réédition, comme nous le fait remarquer l’artiste lui-même sur Ipséité: « disque d’or sans réédition. »

Dans son interview sur Rap-élite, Damso nous livre qu’il a écrit « une âme pour deux » en 2013, et qu’il devait sortir originellement en 2014. Déçu par le mixage du morceau, il attendra sa rencontre avec NK.F (l’ingénieur son de PNL, entre autres) pour enfin terminer le morceau, et donc le mettre dans l’album. Si toutefois il a bien écrit le morceau en 2013, et qu’à cette époque il souhaitait annoncer sa mixtape QALF, pourquoi avoir laissé ce passage dans Ipséité? Si ce n’est pour prévenir l’auditeur qu’un prochain projet arrive juste après, « dans quelques heures », et que le médecin décide de le garder « une petite semaine. » Une petite semaine équivaut à cinq-sept jours; l’album ayant leak le 24 Avril, compter une semaine ne nous donne pas sa date de sortie officielle, mais bien une date plus lointaine, juste avant le début du mois de Mai.

Ca y est, nous allons trop loin

Batterie Faible est catégorisé comme une mixtape et non comme un album suivant les dires de l’artiste lui-même. Il est avéré qu’une mixtape n’a pas la même valeur de présentation qu’un premier album chez un rappeur ou un artiste en général. Là où la mixtape n’est qu’un amuse-gueule, une sorte de powerpoint abstrait, le premier album quant à lui, sert de véritable carte d’identité.

Ipséité signifie en philosophie l’identité propre; ce qui fait qu’une personne est unique et absolument distincte d’une autre (source Wikipédia). Sachant que Damso a choisi ce mot pour en faire le nom de son premier album, il est normal de s’y attarder. Si les morceaux traitent du rappeur comme d’une « personne unique et absolument distincte d’une autre », pourquoi faire du transfert d’âme le thème principal de l’outro du projet, si ce n’est pour nous induire vers une interrogation et vers l’hypothèse d’un prochain projet?

Un transfert d’âme revient à faire transiter l’âme d’un corps mort X vers un corps Y; sachant que l’âme est l’identité même d’un individu, la transférer d’un corps à un autre équivaut à transférer une forme d’énergie, de la même manière qu’agit une batterie au final, et peut également signifier une forme de renaissance: d’un ancien corps, dont je connaissais les moindres parties, je passe au nouveau; d’un ancien projet, donc je connaissais les moindres sonorités, je passe au nouveau. Damso avait déjà exprimé son souhait d’expérimenter de nouvelles sonorités dans Ipséité, et faire quelque chose de fondamentalement différent de Batterie Faible. Alors si le transfert d’énergie part donc de Batterie Faible -l’ancien corps, déchargé- vers Ipséité -le nouveau corps, pleinement rechargé- ou qu’il part d’Ipséité vers un autre opus encore totalement inconnu (QALF?), c’est à vous de nous le dire. Qu’est-ce que vous croyez ?

1 COMMENTAIRE

  1. Vous avez oubliez de précisez que le projet de Damso devait être une mixtape gratuite après son passage dans Nero Nemesis. Mais vu qu’il a signé très vite, la maison de disque ne lui a pas laisser le choix de sortir un mixtape payante, ce qui a forcément retarder son premier projet (surement par manque de sons ou la qualité de certains juger pas assez bon pour être dans un projet payant). Donc QALF est peut-etre cette fameuse première mixtape gratuite mais qu’il n’a jamais oublié malgres sa signature et la sortie Batterie Faible.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here