PARTAGER

Il s’est écoulé près de 3 ans entre la sortie de l’EP d’S.Pri Noir Le monde ne suffit pas et celle de son dernier album Masque Blanc. Durant cet délai, le rappeur a su se ménager une confortable niche sur la scène française, entre sa collaboration avec Adidas et les chiffres de ventes très encourageants de son nouvel album. Pour rappel, Le monde ne suffit pas avait réalisé un démarrage à 759 exemplaires écoulés, dont 488 en téléchargement et 271 au format physique. En comparaison, le rappeur parisien présente avec Masque Blanc une semaine solide au niveau de ventes réelles, avec 25% cumulés de téléchargements et ventes physiques. D’un autre côté, les 75% de ventes en équivalents streaming sont le signe d’un fort intérêt du public pour le projet, qui pourrait se traduire par une stabilisation des ventes assez rapide. S.Pri a donné à Masque Blanc les outils pour se défendre, à savoir une palette de morceaux sur lesquels il étale sa facilité à être polyvalent avec insolence. Comme l’indiquent des parcours commerciaux comme celui de Siboy, cette configuration de départ met l’album sur les rails de l’obtention du disque d’or, bien que sur le long terme, voire sur un long terme prolongé par le changement de comptabilisation des ventes par le SNEP.

➡ Les certifications d’albums et premières semaines

Avec Masque Blanc, S.Pri Noir frappe un grand coup musicalement et s’impose une fois de plus comme l’un des rappeurs les plus aboutis techniquement de sa génération. Au-delà des ventes, Masque Blanc est pour S.Pri Noir l’occasion de développer son univers de manière plus étendue que sur les singles distillés au cours des trois années précédentes. L’image est en effet le fond de commerce du rappeur, qui compte plus sur ses performances live et sur sa collaboration avec Adidas que sur les revenus tirés de ses projets pour remplir son assiette. Malgré tout, le démarrage du projet prouve que le parisien suscite suffisamment d’engouement pour se placer en seconde position du top albums hebdomadaire.

Keblack réalise un démarrage décevant avec son nouvel album Appartement 105, qui s’écoule à 3.716 exemplaires contre 9.115 avec Premier Etage l’année dernière. La proportion de streams est également passée de 46% à 70% entre les deux projets, une évolution somme toute naturelle au vu de l’évolution des modes de consommation, mais qui peut aussi s’expliquer par une présence médiatique moins soutenue de l’artiste. Comme S.Pri Noir, Keblack n’est cependant pas dépendant de ses ventes d’albums, qui constituent pour lui une occasion de créer une actualité musicale destinée à enrichir et renouveler ses passages en showcase.

Enfin, c’est Ninho qui remporte la palme avec un nouveau disque de platine à son actif pour la mixtape MILS 2.0, annoncée comme étant la continuité de son premier projet à succès MILS. Après un Comme Prévu extrêmement efficace mais sans surprises, le rappeur a su proposer l’un des projets les plus complets et aboutis de sa carrière, de l’éventail technique proposé aux prods en passant par les mélodies et les habituelles fulgurances d’écriture. Après avoir réalisé une première semaine impressionnante malgré une annonce surprise du projet, le rappeur s’est maintenu depuis plusieurs semaines à la deuxième puis à la troisième place du top hebdomadaire, et ne semble pas prêt de mettre fin à ce nouveau succès.



➡ Récapitulatif des singles certifiés or, platine et diamant

Maître Gims se prépare à passer plusieurs mois au top hebdomadaire, servi par un projet construit pour une exploitation sur la durée et par les carences de sorties à venir liées à la fameuse trêve d’été. Parmi les gros succès du projet, on retrouve immanquablement la collaboration du rappeur et du chanteur Vianney, un titre qui promettait d’ouvrir des portes en termes d’image à Gims. A quelques jour de l’obtention du triple disque de platine, Maître Gims se positionne dans les singles certifiés avec La Même et semble bien parti pour égaler les sommets de Mon coeur avait raison.



LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here