PARTAGER

Plus encore qu’un classement des albums, réaliser un classement des meilleurs rappeurs sur l’espace d’une année est un exercice complexe. La popularité de l’artiste et les projets entrepris en-dehors de la musique à proprement parler ne peuvent qu’être pris en compte. Contrairement à un classement des albums où le qualitatif prime, le classement des rappeurs s’appuie sur des critères plus objectifs qui par là même ôtent une part de son intérêt. D’un autre côté, il constitue une balance indispensable à ce dernier pour mesurer l’impact concret de chaque artiste et permet sur plusieurs années de dessiner des tendances.



1️⃣ Damso, l’incontournable figure du rap francophone

Les mots « Damso » et « étonnement » font la paire, et ce depuis son exposition sur Pinocchio de Booba. Il avait déjà marqué l’année 2016 avec Batterie Faible, une mixtape aux allures de premier album. C’était sa carte de visite, une simple mise-en-bouche pour les auditeurs avant de découvrir ce dont le rappeur-chanteur était vraiment capable. Les avis n’étaient même pas mitigés, tout le monde s’accordait à dire que c’était un projet relativement intéressant, dont l’apogée se situe sans doute sur le morceau Amnésie, où l’auteur déploie une de ses nombreuses cartes maîtresses : mélancolie, réflexion, souvenir, auto-tune, refrain entêtant et entraînant, couplets bruts et authentiques.

C’est donc peu dire que d’affirmer que Damso était devenu un incontournable de l’année 2017, le public rap francophone attendait son album « autant que Narcos Saison 3 » -pour reprendre les mots de Dosseh- et commençait même à être exigent tant il était persuadé qu’il allait s’asseoir à la table des grands à un moment donné. Mais personne n’aurait pu prévoir que ça allait être aussi tôt. Si le streaming est Vénom, Damso est son hôte, et si Batterie Faible était une carte de visite, Ipséité est dorénavant son passeport européen. Tout n’est que surprise, rien ne ressemble à ce qui a pu être écouté précédemment – c’est pourtant le risque quand on sort une mixtape avant un premier album- et l’impact du projet a été tel qu’il a anéanti la couverture médiatique de la sortie de celui d’SCH, pourtant loin d’être habitué à rester dans les loges, et qu’il s’est imposé dans le top du classement, confortablement installé sur le podium, pendant une demi-année.

Ipséité a permis à son auteur de compter parmi les nouveaux empereurs du rap francophone, ceux qui font la tendance et décident de la pluie et du beau-temps. Il lui aura aussi permis de s’approcher dangereusement des 400.000 ventes cumulées (donc streaming compris), miroitant alors le disque de diamant, le saint-graal de beaucoup d’artistes. Avec Ipséité, Damso a pu exposer ses featurings à une médiatisation sans précédent, preuve en est les 100 millions de vues de Mwaka Moon avec Kalash, le succès de Mobali ou bien dernièrement l’explosion de 113 avec Booba –bien que l’apport de ses collègues soit indispensable et qu’ils n’aient rien à lui envier. Damso est l’homme de l’année 2017, si vous en doutez encore, expliquez-nous ce que 400.000 ventes, des dizaines de millions de vues et un hymne sportif de la Belgique représentent pour vous.

Alex

2️⃣ Niska, le nouveau détenteur de la formule magique du succès

L’année 2017 avait commencé de façon positive pour le rappeur d’Evry, qui surfait sur les avis positifs concernant le morceau Commando (sorti fin 2016). Sur ce dernier, Niska avait totalement assumé son côté trappeur décomplexé en choisissant une production simple (totalement trap) mais calibrée pour lui, idéale pour déverser des phases plus improbables les une que les autres, mais marquantes pour l’auditeur. Au vu de ce succès qui mettait en place un terrain favorable, Niska a décidé d’enchaîner en sortant B.O.C, J’Suis dans l’Baye et Chasse à l’Homme, et hormis sur le premier cité, qui montre que Niska reste attaché à l’afro, les deux autres suivent la même formule que Commando.

Ces trois sons instaurent une image de Niska en tant que découpeur de productions, avec un petit penchant pour l’afro, mais la suite n’était pas forcément prévisible. A l’approche des vacances, de nombreux rappeurs essayent de sortir leur tube de l’été. Cette fois, il s’agissait de Réseaux, véritable hit dans sa forme, avec un refrain terriblement entêtant, autour d’un thème ciblant parfaitement les jeunes, et le tout réalisé sur une instrumentale dansante. En cette fin d’année, le morceau est single de diamant et comptabilise près de 190 000 millions de vues sur YouTube, preuve supplémentaire de son impact.

Fort de ce succès, et de la réussite de son occupation du terrain jusqu’à présent, Niska se retrouve face à un dilemme, conserver son image de kickeur sur tout un projet ou proposer un projet ouvert musicalement, dans la continuité de ses précédents qui avaient reçu un accueil mitigé à leur sortie. Niska a opté pour la seconde option et Commando a vu le jour le 23 septembre, combinant les featurings de luxe, des potentiels tubes et certains sons faisant honneur à ses qualités de kickeur, prouvant que ce projet est le reflet de l’évolution de Niska dans la maîtrise de sa propre musique. Le résultat ? L’obtention de la certification triple platine en moins de 3 mois d’exploitation. 2017 a permis à Niska de franchir un pallier en terme de popularité et l’a imposé parmi les têtes d’affiche naissantes, récompensant une année maîtrisée de main de maître.

Thibault


3️⃣ Booba, une année de plus au sommet du rap français

Booba a réussi la prouesse d’être présent dans les bouches de tous les auditeurs de rap français, en sortant un projet lors du dernier mois de l’année. L’aura médiatique dont il bénéficie ne date pas d’hier, mais le boss du 92i a su parfaitement gérer sa présence musicale, en apparaissant dans le projet de Lacrim, sur un morceau de Siboy (montrant que Booba est toujours capable de rapper salement), de Benash (sur lequel il montre son talent de hitmaker) et enfin sur Commando de Niska. En parallèle d’autres connexions semblaient réalisables, notamment celle avec MHD, démontrant que B20 n’est jamais inactif.

En parallèle, Booba s’est muté en veritable buisnessman avec les résultats positifs obtenus par le 92i, surtout ceux de Damso qui est dorénavant l’un des plus gros vendeurs rap français. Sur ce point, il est la première réussite de Booba en développement d’artiste. Ce côté homme d’affaires a également été renforcé par le lancement du whisky « D.U.C », bientôt suivi par le lancement de son nouveau parfum. Il serait également impossible d’évoquer Booba, sans parler de la prolongation des clashs. En effet, le rappeur originaire de Boulogne n’hésite jamais à lancer une pique à La Fouine, Rohff, Kaaris et Patrice Quarteron (en début d’année), donnant ainsi de l’animation à un public avide de rire, bien que l’impact des clashs est moindre comparé à la période 2012-2013.

Et musicalement ? Booba a sorti Trône sur la fin d’année, qui a rempli deux objectifs : donner de la matière à sa fanbase et prouver que Booba reste toujours dans le coup. Ajoutons à cela que B2O peut se vanter d’avoir réalisé l’un des meilleurs démarrages commerciaux de sa carrière, malgré le leak qui l’a forcé à improviser une stratégie commerciale ne respirant pas la confiance et la sérénité. Pour 2018, Booba a prévu de remplir la U Arena, pouvant accueillir 40 000 spectateurs, dans un stade flambant neuf dont la moitié des places sont déjà parties. Les années passent et Booba semble toujours réussir à s’en sortir !

Thibault

4️⃣ Jul, une facette insoupçonnée du rappeur révélée au grand jour

Chaque année depuis maintenant trois ans, Jul s’impose comme un incontournable. 2015 avait vu le roi marseillais s’installer sur le trône avec Je tourne en rond et My World. On avait pu l’observer s’asseoir sur le podium en 2016 avec la réédition de My World, deux albums gratuits, Emotions et l’OVNI. Jul a fait basculer les attentes des auditeurs, qui étaient peut-être retombées entre temps, en présentant une facette totalement nouvelle de sa personnalité artistique, un aspect perfectionniste et professionnel.

Non pas qu’il ne l’ait jamais été avant, bien au contraire, mais cette fois-ci, il n’est plus seul à construire l’ensemble de sa discographie, et bizarrement ça se ressent un petit peu sur les disques qu’il nous a offert cette année. Avec plus de 700.000 ventes, une victoire de la musique et un W9 d’or uniquement en 2017, le jeune artiste marseillais est un monstre de productivité et de succès, alors c’est toujours très dur de s’y retrouver quand on est à l’heure des tops. Pourtant, il est impossible à éviter tant son ombre est omniprésente de janvier à décembre, et ce même sur d’autres projets. On pense à son featuring avec Kalash Criminel sur Je ne comprends pas, issu de l’excellente mixtape Oyoki, une rencontre imprévue dont le résultat a été plus que bon, ou encore à sa présence sur le projet du Ghetto Phénomène, son ancien groupe.

C’est la deuxième année consécutive où Jul est en tête des charts en France, c’est une sorte de demi-dieu, un peu comme si Hercule faisait du rap. Ce qui tombe bien parce que c’est aussi la deuxième fois qu’il fait un morceau avec le Rat Luciano, comme si Hercule rencontrait Zeus.

Alex

5️⃣ Fianso, polyvalent dans le rap et engagé sur tous les fronts

De tous les rappeurs mentionnés dans le classement, Fianso est sans aucun doute celui qui s’est engagé sur le plus de fronts. De prime abord, sur le plan strictement musical, sa signature chez Capitol et le succès monstre de sa série #JeSuisPasséChezSo lui a permis de délivrer une mixtape du même nom dès janvier 2017 qui est une véritable réussite puisqu’à ce jour, elle est certifiée disque de platine.

Alors que certains de ses auditeurs étaient déçus que l’essentiel du projet soit constitué de morceaux déjà connus du public, Sofiane les a ravis avec Bandit Saleté, sorti en mai, projet également disque de platine. Au-delà de ses deux disques de platine, Sofiane a brillé par ses coups de communication détonants. Lors du clip de Toka, présent sur Bandit Saleté, son équipe et lui bloquent une autoroute pour deux minutes de clip qui feront parler de lui jusque chez les médias généralistes. Alors que le premier semestre de son année a été composé de sorties de disques, il a consacré son deuxième semestre à un projet inédit : Rentre dans le cercle, une émission diffusée sur YouTube dans laquelle Sofiane revêt le costume de présentateur dans un cercle où rappeurs enchaînent des freestyles sous les yeux de leurs collègues mais aussi de représentants de médias rap et de maisons de disque.

Par ce biais, il donne de la visibilité à des rappeurs talentueux qui en manquent cruellement. L’initiative, louable malgré ses imperfections, reçoit un accueil quasi unanime dans le monde du rap. Cette année, Sofiane, par son hyper-productivité, sa détermination et sa générosité sans bornes, a achevé sa revanche sur le passé et s’est installé comme une des références du rap français.

Yanis


6️⃣ Ninho, définitivement implanté dans le paysage francophone

L’année 2016 a été d’une importance capitale dans la petite histoire du rap francophone. Suivant le schéma de sortie faramineuses des derniers mois de l’année précédente, bon nombre de rappeurs se sont installés dans le paysage urbain au fil des mois. Entre PNL, Rim’k, Nekfeu et Damso –pour ne citer qu’eux- Ninho avait fait le pari de marquer son temps lui aussi, avec une première mixtape au nom ambitieux de MILS (Maintenant Ils Le Savent).

Promesse faite, promesse tenue, le troisième projet de la jeune légende s’est imposé de lui-même dans les bibliothèques musicales de toute une nation, ses auditeurs surpris de voir un rap de rue aussi percutant, même si certains aspects dévoilaient les prémisses d’une palette musicale à perfectionner (Dis-moi que tu m’aimes, Monotonie). Ninho avait été érigé comme la prochaine plume du rap français à titiller le haut du classement, mais sur le même modèle que l’arrivée explosive de Kaaris avec Or Noir, Niska avec Charo Life ou Gradur avec L’Homme au Bob, le public avait peur de se lasser trop vite de ce style pourtant si peu habitué à être récompensé de singles d’or ou de platine. C’était sans compter l’avènement du streaming en 2017. Le rappeur décide de sortir son premier et véritable album en septembre, juste après la saison estivale où son single Mamacita avait d’ailleurs connu les premières heures de son succès.

Comme Prévu offre aux auditeurs la possibilité de cerner l’identité propre de son auteur : un rappeur tout juste reconnu, déjà atteint d’un sang-froid et d’une confiance rares, dont la violence textuelle et la douceur de l’autotune se rencontrent dans un fracas sonore empli d’authenticité. La surprise naît autant sur les morceaux Lové, Rose, Caramélo et Dita, où Ninho embrasse l’autotune avec maîtrise et professionnalisme, que sur l’explosion et l’impact que connaît le disque dans les charts dès sa sortie, et ce malgré les sorties tant attendues de VVRDL, Nous-mêmes et Commando de Sadek, Hornet la Frappe et Niska. Si Ninho s’était sobrement installé dans le paysage avec MILS, il vient de prendre racine définitivement aujourd’hui avec Comme Prévu, bientôt triple disque de platine. Chapeau l’artiste.

Alex

7️⃣ Lacrim, un retour remarqué et remarquable à la musique

En novembre 2016, Lacrim est libéré de prison par les autorités après avoir passé un an derrière les barreaux. Présent dans les bacs chaque année depuis 2012, cette peine de prison est venue casser son rythme et, alors que la productivité est de mise afin d’exister dans le rap, une année sans inédits peut être fatale pour la carrière d’un rappeur. Mais pas pour Lacrim. Alors que 2016 a été une année de disette, il a fait de 2017 des rattrapages de haut vol.

Tout d’abord, il crée son label Plata O Plomo sur lequel est signé le rappeur Rimkus. Puis il s’appuie sur son passé carcéral et son retour dans l’industrie musicale pour créer une web-série autobiographique intitulée Force & Honneur qui amorce la sortie de son premier projet de l’année du même nom. L’une comme l’autre sont deux francs succès : la série cumule les millions de vues sur YouTube alors que l’album n’a besoin que de trois semaines pour être certifié platine.

Porté par un morceau avec Booba, l’album se veut extrêmement rappé. Son penchant plus chanté, R.I.P.R.O. 3 est apparu dans les bacs le 17 novembre dernier pour un succès équivalent à Force & Honneur. Garnie de featurings prestigieux – Damso, Maître Gims, Ninho ou encore Mister You y figurent – Lacrim ravit encore une fois son énorme fan base qui répond présent dans les bacs. La rédemption est parfaitement accomplie.

Yanis

8️⃣ Orelsan, les fruits juteux d’un travail de longue haleine

Le retour d’Orelsan dans les bacs, annoncé par Basique, a bousculé une fin d’année déjà très garnie en rap français. Pourtant, après six ans d’absence en solo, le Caennais est revenu avec son troisième album judicieusement intitulé La fête est finie, une manière d’exprimer que non seulement il faisait bien son retour, mais qu’en plus il y mettrait la manière, histoire de montrer aux nouvelles générations qu’elles ont encore du chemin à parcourir.

Autant dire que la manière a séduit la France entière : après une semaine d’exploitation, le dernier album d’Orelsan décroche un disque de platine, réalisant ainsi le meilleur démarrage de l’année non pas du rap mais littéralement de la musique en France. Cet impact incroyable dans les charts, Orelsan le doit à ses dernières années durant lesquelles, s’il n’a pas sorti d’album solo, n’est néanmoins pas resté absent de la musique : le duo des Casseurs Flowters qu’il forme avec Gringe a sorti deux albums durant ce laps de temps, dont un qui n’est que la B.O. de leur film Comment C’est Loin.

En outre, les deux rappeurs sont acteurs dans la mini-série Bloqués diffusée sur Canal+ à cheval sur les années 2015 et 2016. Toutes ces initiatives ont rencontré d’énormes succès, expliquant l’incroyable succès de son dernier album solo. Sa réussite, il la construit depuis des années et c’est en 2017 qu’il en a récolté les fruits.

Yanis

9️⃣ Hornet la Frappe, carton plein pour la nouvelle sensation rap

Sorti d’une année 2016 où il avait réussi à exister, le rappeur d’Epinay-sur-Seine a concrétisé toutes les bonnes impressions qu’il avait laissé tant sur les freestyles que sur des sons aux différentes couleurs musicales. L’année 2017 de celui qui s’appelle Mounir pourrait se résumer en une longue ascencion, dans laquelle l’artiste se préparait et montait les gammes pour être le plus efficace possible lors de la sortie du premier projet, qui est la première étape d’une carrière.

Ainsi, Hornet la Frappe avait décidé de s’engager avec Rec.118 (Warner) pour se développer au mieux et parfaitement exploiter l’espace qui s’offrait à lui. Précisons qu’avant cette signature, Hornet avait répondu présent à l’invitation d’Hooss sur un titre, prouvant que le rappeur du 93 commençait à s’exporter et à plaire au rap français, ce qui est un premier signe positif. Par la suite, Mounir décida de continuer à sortir des sons rappés très maîtrisés, où l’image d’un performeur était renvoyée, mais à côté des sons tels que Nos Vies, Igo et surtout Je pense à toi ont prouvé qu’il n’était pas uniquement un kickeur. Son développement s’inscrivait dans la lignée de celui de 2016, mais permettant de prendre son temps et de progresser.

Il n’y a pas eu de folie dans sa stratégie de développement, seulement du bon sens et des choix réfléchis. Après le succès de Je pense à toi, Hornet a sorti à la rentrée son premier projet officiel, qui faisait office de véritable carte de visite, sur laquelle Hornet montrait ses grandes qualités de performeur au micro, et sa capacité faire des singles touchant un large public. Le pari Hornet a été réussi puisque le projet a été certifié disque d’or moins de 3 mois après la sortie, confirmant que 2017 était l’année du commencement pour Mounir !

Thibault


? SCH, entre introspection et retour aux sources musicales

Depuis 2015 le rappeur d’Aubagne s’est imposé dans la musique contemporaine comme un sérieux bonhomme dont la plume n’a de concurrent que la plus froide devanture d’une épicerie tout juste braquée. Tout comme elle, son attitude n’a plus rien à prouver, avec ses cheveux longs et sa svelte carrure il a décomplexé l’imagerie fantasmée des voyous italiens, s’érigeant volontairement en capo dei capi dans de nombreux clips, notamment dans l’épique Gomorra, ce genre de bande-son meurtrière qu’on rêve tous d’avoir en tête dès le réveil.

Chez Julien Schneider la fiction prend le pas sur la réalité, certes, mais tout le monde le sait, alors on peut apprécier son univers tel qu’il nous apparaît : un monde empli de références à la pop-culture, à de vieux amours, à ses proches, une ode à l’amour du risque et au risque que l’on prend quand on aime. La carrière d’SCH ressemble à s’y méprendre au méta-film de gangster : en 2015 il revient de loin, monte sur la capitale et détruit tout ce qui se dresse sur sa route, l’année d’après, le gaillard est devenu un nouveau-riche, alors il profite tant qu’il le peut mais les trahisons de ses amis commencent, les couteaux dans le dos, les appels d’anciens collègues devenus inconnus, l’argent et les femmes lui montent au crâne, alors en pleine ascension il ne rencontre que des types qui en veulent à son succès.

En 2017 il se repenti moralement, trouve Dieu et s’accompagne de sa faveur pour continuer sa route, finies sont les guerres, finies sont les trahisons, ne reste que lui et son trône. Son année a été compliqué, faute aux problèmes familiaux, alors la promotion de son dernier disque en a vécu les conséquences. Malgré tout, il reviendra dans les prochains mois, avec la volonté de remettre les compteurs à zéro et les pendules à l’heure, c’est dire si l’attente se fait déjà ressentir avant même d’avoir entamé l’année 2018. Mathafack.

Alex

➡ Découvrez le classement complet des 20 meilleurs rappeurs de 2017

  1. Damso
  2. Niska
  3. Booba
  4. Jul
  5. Fianso
  6. Ninho
  7. Lacrim
  8. Orelsan
  9. Hornet la Frappe
  10. SCH
  11. Naps
  12. Sadek
  13. Kekra
  14. Siboy
  15. Soprano
  16. Alkpote
  17. Rim’K
  18. Médine
  19. Hamza
  20. Niro



16 Commentaires

  1. Vous ne mettez même pas Nekfeu la fouine et bien d’autre votre liste est tout simplement Nul. Vous avez tenue simplement compte des dernières sorties de disque et les plus vendu .

  2. Tous ses artistes ne font que du commercial :/ aucune lyric ne passe un réel message … juste du commercial et encore du commercial, drogue, meuf, fric, voila ce que je retient de leurs textes…

    Ecouter Hugo tsr, il en faut 20 comme eux pour faire une seule musique de ce rappeur, lui c’est un vrai rappeur et c’est parôle veulent dire quelque chose, et c’est un des rare à être déterminé à rester indépendent.

  3. Je ne trouve rien de ces rappeurs leur rap c’est la mélodie et aucun message à part niquer les mères des gens et parler de drogue.
    Youssoupha pour moi est le meilleur rappeur français de tous les temps ce monsieur est un parleur il enchaîne les paroles comme Jacques Prévert

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here