PARTAGER

Annoncée en grande pompe, la signature de Koba laD s’inscrit dans une stratégie générale de Def Jam France, qui cherche à renouveler son catalogue en développant de nouveaux artistes. C’est cette stratégie qui a poussé le label de Benjamin Chulvanij à signer successivement YL en mai 2017, puis Rémy en juin sur la base de J’ai vu, son featuring avec Mac Tyer extrait de Banger 3. Cette stratégie permet à Def Jam de se créer un nouveau catalogue et de capitaliser sur des artistes talentueux pressentis comme les têtes d’affiches de demain.

➡ Les débuts au Parc aux Lièvres et l’ascension du trio Seven Binks

Koba laD emprunte son nom à un personnage belliqueux de La planète des singes qui souhaite se venger des traitements qui lui ont été infligés par les humains ; quant à la lettre D, il explique dans Double D qu’il signifie à la fois « la détaille ou la débrouille ». Originaire du quartier du Bois Sauvage à Evry, le rappeur a par la suite déménagé de l’autre côté de la Nationale 7, dans le quartier du Parc aux Lièvres. Il fait ses débuts au sein du groupe Seven Binks, également composé de Kaflo et Shotas, petit frère de Dalsim de la Mafia Spartiate, un autre groupe du Parc aux Lièvres en pleine ascension et signé chez Wati-B. Les trois rappeurs sortent en janvier 2015 leur premier son sur YouTube, intitulé Y’a Les 22. Après le clip d’On l’a block mis en ligne fin 2016, les membres de Seven Binks commenceront à mettre en ligne des freestyles individuels qui permettront de mettre en avant leurs personnalités musicales respectives.

➡ Le succès en solo : les #FreestylesTénébreux, le rôle de Booska-P et Def Jam France

C’est cette série de freestyles qui permettra à Koba de prendre son envol. Son premier freestyle compte pas moins de 150 000 vues, et son deuxième grimpe à 750 000 vues. Le rappeur va alors entamer sa propre série de freestyles intitulée #FreestyleTénébreux dont tous les épisodes dépassent le million de vues, de même que le clip de Double D réalisé par Kyoh production. C’est désormais évident : le flow saccadé et des variations de voix inhabituelles du rappeur retiennent l’attention du public. Bientôt, il est repéré par Booska-P, qui lui consacre début février un épisode de sa série Wesh consacrée aux nouveaux espoirs du rap français. Le rappeur annonce également travailler à un premier projet solo qui devrait sortir courant 2018 ; Seven Binks est dissolu mais les membres du trio restent solidaires. Dernière étape de cette ascension, la signature chez Def Jam vient conclure une ascension dont la rapidité n’est plus vraiment une surprise…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here