PARTAGER

De tous les grands talents qui sont sortis d’Atlanta ces dernières années, aucun n’a autant captivé que les Migos. Cette bande de meilleurs potes unis par un sang familial, ont créé leur propre univers aux allures d’or et de noir. Ils sont indéniablement les rockstars du moment, toutes leurs mixtapes ainsi que leurs albums connaissent un succès à la hauteur de leur talent.  Il semble que le monde entier soit sur le point de devenir intimement familier avec le meilleur trio  des Etats-Unis. Comme leur père Gucci Mane et leur oncle Lil Wayne, Migos a sorti une quantité folle de projets et comptabilisent 13 mixtapes et trois albums.

➡ Des rues d’Atlanta au Top classement

C’est en 2013 grâce à leur single Versace que le groupe originaire d’Atlanta se fait connaitre du grand public. Le morceau devient iconique dès lors que le rappeur canadien Drake décide de réaliser le remix de ce hit.

Le trio sort d’une excellente année 2017 qui a permis à chaque membre de se développer de manière passionnante aux yeux du public hip-hop. C’est le doute qui tournait autour du groupe, de savoir si le succès rencontré était simplement en raison d’un  effet de mode ou d’un talent réel existant au sein de chaque membre. Offset a fait une mixtape qualifiée de stellaire avec 21 Savage et Metro Boomin, de son côté Quavo s’est fait les dents en tant que producteur avec Travis Scott dans leur projet Huncho Jack et Takeoff lui s’est beaucoup amélioré. Il a été une force sur laquelle il fallait compter dans le dernier album où l’on découvre un MVP (most valuable player), surpassant même ses deux homologues avec un charisme contagieux, ce qui créa la surprise.

Lorsque le public prend le temps d’écouter attentivement les plus grands succès de Migos, on n’a pas d’autre choix que de s’imprégner de leur jargon singulier. Le trio s’impose comme pionner du Hip-Hop en inventant constamment des phases accrocheuses propres à son vocabulaire. Des morceaux comme Bando, Versace, Hannah Montana, Chinatown, Look at my dab ou encore Bad & Boujee ont influencé la culture et l’ensemble même de la langue anglaise en apportant les racines d’Atlanta.  Quand Bad and Boujee est devenu la chanson numéro une des Etats-Unis, cela a beaucoup surpris de la même manière que lorsque Rae Sremmurd prenait la tête du classement avec Black Beatles. Il n’y a aucun doute à émettre Bad and Boujee est une chanson incroyable sur un beat parfaitement discret et découpé par Metro Boomin avec l’invitation exceptionnelle de Lil Uzi Vert. Il semble que Migos a trouvé la potion magique des hits et des tops classements Billboard.

➡ Migos, une culture à part entière

Appeler Culture leurs deux derniers albums ne sont pas des sélection anodines bien que les rappeurs du groupe Migos se sont confiés en interview sur leurs choix hasardeux des titres de leurs morceaux, cela n’est pas le cas pour celui des albums. Beaucoup ont critiqués ce choix mais Migos fait uniquement le constat de sa carrière, sur le moment présent, et se rend compte qu’ils sont au sommet de la montagne Hip-Hop avec une influence bien présente dans le mouvement.

Sur leur projet précèdent, Culture, le trio d’Atlanta prouvait qu’il était capable de beaucoup plus que ce qu’il nous proposait au départ dans Versace. On leur accorde souvent de nombreuses critiques quant au contenu de leurs textes que certains qualifient de maigres ou encore de leurs flows que certains qualifient d’identiques.

La meilleure qualité des Migos est leur capacité à présenter du rap virtuose d’une manière commercialement viable. J’ai toujours trouvé cela ridicule de réduire des rappeurs à de simples comparaisons et de constamment mettre en opposition deux projets. Il est cependant vrai que Culture a marqué l’histoire de l’arc triomphal des Migos porté par une vague de bonne volonté, de bonne vibes et d’euphorie autour du groupe. Culture 2 a une approche différente et est peut-être arrivée un peu trop tôt sans nous avoir laissé le temps de digérer le premier album et l’ensemble des projets personnels de chacun.

➡ Culture 2, l’album de trop ?

Dès le départ, la couleur est annoncée, Culture II est composé de 24 morceaux qui s’étendent sur une heure et 45 minutes d’écoute, cela peut paraître long et décourageant. Pourquoi un album aussi long ? Certainement une envie de créer davantage de leur part ou simplement une complexité de choix dans la sélection ?

De mon côté,  je pense qu’il s’agit simplement d’une stratégie pour jouer avec les règles Billboard afin  d’atteindre de nouveaux records ainsi que de nouvelles certifications grâce au streaming. Plusieurs rappeurs ont utilisé le format du double album en commençant par Life After Death de Notorious ou encore All Etyes on me de Tupac, bien que les raisons n’étaient pas forcement d’atteindre le top des charts pour Pac par exemple mais de finaliser son contrat avec Death Row. Beaucoup de rappeurs ont repris ce concept de double album comme Nas, JayZ ou encore Outkast, mais en 2018 plusieurs artistes proposent désormais ce nouveau format d’album composé d’une vingtaine de titres pour les fans.

Culture 2 correspond exactement au genre d’album qu’on attend de la part des Migos et leur côté révolutionnaire.  Le premier opus de cette série Culture nous avait laissé sur notre faim et il faut croire que les Migos entendent les prières de leurs fans. Malgré le fait que certains morceaux tournent en rond et ne présentent rien de nouveau, il y en a une bonne partie qui est excellente et qui fera certainement un tour sur nos playlists. Il y a une alchimie entre Quavo, Offset et Takeoff qui fonctionne magnifiquement bien et qui se répercute sur leur art, une cohésion qui mélange des sonorités entraînantes et le jargon typique d’Atlanta qui reste dans nos esprits.

Les onze premiers morceaux ont un fort impact, ce qui a été un très bon choix de la part des Migos afin de retenir l’auditeur. Ils auraient d’ailleurs dû en rester là ce qui aurait fait de leur album un œuvre d’art dans toute sa splendeur. Culture 2 n’est certainement pas un disque parfait mais si on retire les « mauvais » morceaux qui pèsent sur l’album alors on obtient le compromis parfait pour nous satisfaire. Ils ont d’ailleurs fait appel à d’autres artistes pour leur troisième album, on retrouve Cardi B, Nicki Minaj, Gucci Mane, Travis Scott, Ty Dollas $ign et bien d’autres et cela bien que Migos n’aient besoin d’aucune aide car ils s’auto suffisent. C’est d’ailleurs sur les titres Made Mend et Gang gang qu’ils m’ont le plus impressionné en abordant le beat d’une manière que nous n’avons jamais entendue auparavant. Ils sont polyvalents et cassent tous les préjugés qu’il y a leurs sujets quant à la qualité de leur rap mais c’est dommage qui n’ont pas assez exploité d’avantage cet aspect sur l’album.

➡ Les coups de coeur

1 – Narcos : C’est le morceau de l’album qui m’a le plus plu, certainement dû au fait que cette nouvelle ère du Hip-Hop aime se référer aux séries et tendances actuelles, dans le cas présent la série Netflix, Narcos. Ce titre m’a beaucoup surpris au départ mais la couleur est annoncée avec son rythme latino à touches reggae associées à des cordes synthétiques. Ce n’est pas un morceau de club typique qu’on a l’habitude d’entendre mais bien un son plus mélodieux produit par Quavo et DJ Durel qui fut influencé par la culture espagnole d’Amérique latine. Chacun d’entre eux a fourni un excellent couplet et Takeoff réalise même la meilleure performance.

2 – Gang Gang : Entièrement produit par Murda Beatz, c’est le genre de succès commercial qui marche parfaitement chez Migos. Ils ne sont pas étrangers aux sonorités pop, le groupe tente de conquérir de nouveaux territoires. C’est grâce à Murder Beatz que l’instrumentale choisie est hypnotique, il y a une sensualité tropicale avec des paroles aux touches sentimentales. On est encore loin de l’été mais ce morceau nous apporte quelques rayons de soleil et enjolive notre hiver bien glacée.

3- Made Men : Avec Cassius J à la production, c’est une mélodie très douce guidée par des accords de piano jazzy, restant fidèle au thème de mafieux de l’album. Alors que certains pensaient Migos incapables de sortir de leur zone de confort, c’est le contraire qui arrive sur ce morceau. C’est l’un des morceaux le plus travaillé par le groupe et là où leurs performance est beaucoup plus impressionnante. J’espère les retrouver d’avantage dans ce style et que sur leurs prochains opus, ils nous surprennent à nouveau.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here